1-Récolte et contexte africain

Récolte selon le contexte africain et disposition générale.

Au sujet de la récolte des plantes, beaucoup de théories ont été élaborées dans tous les pays du monde par rapport aux réalités de chaque communauté, de chaque continent, voire de  chaque pays, mais je vous parlerai de ce que j’ai appris de mon père ajouté à mes 40 ans d’expériences dans la médecine traditionnelle dans le milieu africain. Je parts du fait que l’homme africain est par nature un homme de foi en dehors de toute considération religieuse  et le moment viendra et ce serait aux africains de montrer la voix de Dieu à l’homme occidentale, qui par nature est matérialiste.

La plupart des religions viennent de l’Afrique berceau de l’humanité, du Moyen Orient  et de l’Asie avant que certaines d’entres elles ne  soient utilisées pour coloniser et dominer d’autres peuples par les puissants de ce monde.  Ne soyons donc pas surpris de la chute de la foi en Dieu de l’homme occidental matérialiste de naissance. Que Dieu nous en garde car l’homme qui a perdu la foi n’a plus l’esprit de Dieu en lui et cela se traduira dans ces actes par la fornication, la prostitution, la drogue, l’alcoolisme, la soif du pouvoir, la mauvaise vie, le désespoir, le suicide, le meurtre, le vol, etc. Ne les jugeons pas, mais prions pour eux et que chacun s’occupe de sa foi. L’homme de foi sait respecter la nature, toute vie animée et inanimée.   Les plantes  ont le souffle de Dieu puisqu’elles respirent et  nos parents avaient beaucoup de respect pour la nature en général et pour  les plantes en particulier. Ils dialoguaient avec les animaux, la nature et les plantes. Ils savaient lire et interpréter les signes, les songes et les rêves. Ce n’est pas de l’animisme mais le respect dû au souffle divin qui habite toute chose dotée de respiration.  Dans la réalité africaine, il faut percevoir la plante non pas comme un remède banal et inerte, mais comme un être vivant issu d'un milieu actif. Chaque plante a donc une vie, une histoire, un sexe, un langage, une mémoire,  une face visible, une face invisible, des vertus statiques de source terrestre  et des vertus potentielles de source divine.  Chaque plante possède un nombre impair de vertus statiques et un nombre pair de vertus potentielles. Il y a des plantes à vibrations positives, des plantes à vibrations négatives et des plantes neutres. Celui qui connait ces choses fera des merveilles car tout est « action et réaction ». C’est ainsi que le créateur de ce monde en a voulu afin que toute la nature puisse le magnifier. Selon  la pharmacopée traditionnelle, tout est soumis à la juxtaposition des forces divines et terrestres.  La vie est unique, le principe vital est unique et c’est le même souffle de Dieu entretenu par la respiration qui habite tous les êtres qui respirent (plantes, microorganismes, animaux, hommes, femmes, etc.). Nous sommes ainsi tous lié et en communication par le souffle divin.

Nous devons donc respecter la nature et l’environnement qui participe de beaucoup à notre bien être.  Même si nous ne sommes pas sûrs que toutes les plantes ont une âme, il est certains que certains grands arbres sont habités momentanément ou de façon permanente par des entités, des esprits, des énergies positives ou négatives. Au benin, nous y croyons du fait  des forêts sacrées, des arbres sacrés, de la sorcellerie et ceux qui ont grandi au village comprennent bien ce que je veux dire par là. Au Benin il y a beaucoup de forêts sacrées qui participent activement à la protection de la nature et la lutte contre la déforestation car nul n’est autorisé à couper quoi que se soit dans ces forêts. Les forêts sacrées continuent d’exister au moins sur le plan culturel car de nos jours, beaucoup d’arbres  ont perdu leur âme. Ils sont devenus des plantes comme les autres mais réagissent toujours à nos prières.  Le vrai tradipraticien doit être un croyant qui prie non seulement pour la plante à récolter mais aussi et surtout pour ses patients. L’homme de foi considère la plante sous  son aspect matériel et spirituel. Il  va à la cueillette avec sa foi  en  joignant  la pensée, la visualisation, l’imagination,  le geste et la parole à son acte de récolte. Il ne pollue par la nature, il ne défèque pas n’importe comment dans la nature, il ne crache pas sur les plantes. Il prend juste ce dont il à besoin sachant que la nature est sacrée et que  le seul vrai  guérisseur c’est Dieu. Les médecins, les tradipraticiens, les thérapeutes ne sont que des canaux. En agissant convenablement, le tradipraticien renforce par son imagination, sa pensée et sa parole l’action thérapeutique de la plante sur le plan visible et invisible. Il pourra même exiger de la plante des vertus qu’elle n’avait pas et l’effet s’en suivra car avec un peu de foi nous pouvons réaliser de grande chose.

Devant certaines maladies chroniques, le tradipraticien doit tenir compte de certains paramètres dans sa cueillette : le temps, le jour, le moment du jour, le moment de la nuit,  direction sud-nord ou nord-sud ou est-ouest ou ouest-est, points cardinaux, le coucher des plantes, le réveil des plantes, parfois la position lunaire, etc.  Comme l’être humain, les plantes aussi se couchent et se réveil à leur heure de sommeil et de réveil et il suffit d’observer certaines plantes pour s’en rendre compte. Par exemple pour faire dormir quelqu’un il faut chercher les feuilles fraiches de cassia Tora un peu avant que la plante s’endort (quelques gouttes sur les yeux suffisent à faire dormir un insomniaque ou un fou) mais si vous prenez la même plante en dehors de ses heures de sommeil, l’effet ne sera pas le même. L’effet est encore extraordinaire quand vous y ajoutez un peu de liquide d’escargot.

Si vous devez cherchez une plante la nuit il faut secouer ou taper légèrement d’abord l’arbre pour le réveiller de son sommeil sinon la feuille risque de ne pas agir pleinement et vous n’aurez que l’effet statique de ses vertus.

Si vous connaissez les plantes, je vous conseille de toujours ajouter à vos préparations une ou deux plantes de votre propre cueillette en respectant ce qui précède. Mais  Si vos connaissances sont limitées ou si vous avez un doute, mieux vaut s'adresser à des professionnels. Les vendeurs de plantes ne trompent pas et vous pouvez leur faire confiance. 

essai-gif1.gif

42 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (1)

Kodjo
  • 1. Kodjo | 10/09/2014

Merci pour tout ce que vous faites. Vous êtes Professionnel avec grand P; Vous faites la fierté du continent africain, vous dites une triste vérité au africains je vous encourage.je suis un simple citoyen africain qui aime tout ce qui respire mais dès naissance ils m'ont dépourvu de tout ce que Dieu m'avait donné. je prie pour vous pour Dieux let Dieux du Benin vous protège pour que continuez a nous aider.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau