La poliomyélite.

Comprendre le mal.

La poliomyélite  ou  polio, est une maladie  endémo-épidémique  infectieuse aiguë et très contagieuse spécifiquement humaine   causée par un virus à ARN du genre Entérovirus, le poliovirus sauvage (PVS)2, dont il existe trois types : PV1, PV2 et PV3. La poliomyélite touche principalement les enfants de moins de cinq ans. La maladie tue rarement mais elle paralyse des jambes très vite et  de façon irréversible. Il  fut un temps où les épidémies de polio étaient très fréquentes en Afrique  laissant sur leur passage beaucoup de paralytiques d’une ou des deux jambes. Dans chaque maison et dans chaque village  en Afrique noire le mal sévissait périodiquement.  Un jour ou une nuit l’enfant se réveille avec une forte fièvre et un état grippal bizarre ( fièvre, asthénie,  céphalées, vomissements,  raideur de la nuque,  douleurs dans les membres et courbatures)   et en quelques   jours c’est la paralysie. Le temps que les parents s’en rendent compte,  c’est souvent trop tard. Nos parents africains n’arrivaient pas à expliquer ce phénomène et  croyaient plus à un envoutement qu’à une maladie naturelle. Par ignorance,  beaucoup ont été accusés  et condamnés à tort de sorcellerie. Il y a quelques années encore, le refus d’une campagne de vaccination  contre la polio à Kano au nord du Nigéria   a privé beaucoup d’enfant de protection contre le mal qui n’a pas tarder à frapper . Depuis lors,  les choses sont rentrées dans l’ordre et plus personne ne s’oppose à une campagne de vaccination.  Le vaccin est simple et très efficace. Quelques gouttes du produit sur la langue à plusieurs reprise et l’enfant est protégé à vie contre le mal et il n’y a rien de plus simple que de vacciner sans piquer . Selon les statistique de l’OMS :  Une infection sur 200 entraîne une paralysie irréversible, parmi les sujets paralysés, 5 à 10 % meurent lorsque leurs muscles respiratoires cessent de fonctionner et le nombre des cas de poliomyélite a diminué de plus de 99 % depuis 1988, passant de 350 000 à 650 cas notifiés en 2011. Cette baisse résulte de l’effort mondial pour éradiquer cette maladie par une généralisation de la vaccination contre le mal. Cependant la lutte doit continuer  car si la poliomyélite se fait rare dans les pays développés, elle frappe encore de temps à autre dans quelques localités du tiers monde.

La transmission.

L’homme infecté est le seul réservoir du virus. Il peut être porteur sain ou présenter les symptômes de la maladie. Le virus est excrété abondamment dans les selles. Dans les endroits sans sanitaire où la population défèque   dans la nature à proximité des  coins d’eau, des cultures et des jardins, vous conviendrez avec moi que le risque devient très élevé pour l’entourage du sujet infecté car le virus a une grande résistance dans le milieu extérieur. En effet la transmission se fait par ingestion d’eau ou d’aliments souillés dans de mauvaises conditions d’hygiène. L'infection à poliovirus, transmise par voie digestive, est inapparente chez 90 à 95 % des sujets et se traduit dans le reste des cas par des symptômes le plus souvent bénins et non spécifiques (pharyngite, syndrome grippal, vomissements) mais pouvant conduire à une atteinte nerveuse avec de graves conséquences ( méningite, polio, paralysie, etc).

Les symptômes.

--L’infection est souvent silencieuse ou limitée à un syndrome grippal sans gravité mais dans sa forme la plus sévère elle est responsable de troubles neurologiques (méningite, poliomyélite paralysante, etc). Les parents doivent rester très vigilants car tous les semblants de grippes développées par les enfants de moins de cinq ans ne sont pas de véritable  grippe et il faut consulter un médecin quand la grippe est sans rhume, sans toux et s’accompagne de vomissement, surtout quand l’enfant n’a pas fait sa vaccination contre la polio.

Traitement préventif

La vaccination est obligatoire chez les enfants.

Traitement curatif.

--Repos absolu

--Il faut soigner les symptômes ( fièvre, douleurs, etc) et soutenir l’organisme par des Suppléments alimentaires en vitamine C et en calcium ( citron, poudre de moringa, poudre de pourpier, poudre de centella asiatica, etc).

--Massage léger avec le super baume.

--Boire une décoction de cissus quadrangularis.

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau