La varicelle et le zona.

Varicelle et zona

Comprendre que la varicelle et le zona ont la même cause

La varicelle et le zona sont dus à un même virus, l’herpès virus varicellae. La varicelle représente la primo-infection, tandis que le zona  est le réveil du même virus endormi à la racine des nerfs dans l’organisme après une crise de varicelle. Ceux qui n’ont jamais eu la varicelle, n’auront pas de zona.

Varicelle.

La varicelle est une maladie infectieuse endémo-épidémique très contagieuse caractérisées par une éruption érythémato-vésiculaire (éruption cutanée, bouton, vésicules, etc).  Elle touche surtout les enfants entre deux ans et 15 ans et confère une immunité définitive ( on n’a pas deux fois la varicelle en principe et la deuxième fois ). Plus de 90% des adultes ont eu la varicelle dans leur enfance.

La varicelle, classique sous sa forme de maladie infantile éruptive fréquente, en milieu tempéré, touche parfois plus tardivement l'adulte en milieu tropical où elle est tout aussi caractérisée par sa très grande contagiosité, exposant ainsi femme enceinte et fœtus. Elle traduit la primo-infection par le virus varicelle-zona ou VZV, virus de la famille Herpesviridae.

Transmission

L a contagion est souvent directe.

-- Le virus pénètrerait dans l'organisme à travers les voies respiratoires, rejoignant les ganglions lymphatiques pour s'y multiplier, puis se disséminerait après la période d'incubation, dans la gorge et la peau.

 -- Le virus est présent dans le nez et la gorge avant l'éruption et dans les vésicules au cours de cette dernière. La contagiosité débute entre un et deux jours avant l'éruption et se poursuit pendant la phase d'apparition de l'éruption.  

-- Le malade est contagieux ( par l’intermédiaire des gouttelettes de salives) pendant une période allant de 1 à 5 jours avant l'apparition des boutons jusqu'à l'assèchement des boutons soit une période allant de 5 à 7 jours après l'éruption.

  --A travers le placenta et elle peut donner des malformations à la naissance.

NB :. Les formes les plus tardives sont sensiblement plus graves.

 Symptômes

Dans sa forme typique, l’incubation est silencieuse et dure 14 à 15 jours. L’invasion est brève, environ 24 heures et sans symptôme apparent. Un  malaise général et une  fièvre peu élevée (environ 38°) peuvent apparaître quelques heures avant l’éruption cutanée. Cette éruption cutanée inclut : petites macules (rosées sur les peaux blanches) apparaissent initialement. Elles vont vite se recouvrir de vésicules en gouttes de rosée, qui dans les trois jours vont se dessécher et former une croûte. Il peut rester des lésions hypopigmentées transitoires, ou des cicatrices. Généralement, ces lésions apparaissent en premier sur le cuir chevelu, puis sur le thorax et les muqueuses, ensuite sur les membres, avec respect des régions palmo-plantaires, et enfin au visage. Les différentes séries de lésions décalées dans le temps font que coexistent les différents types de lésions sur tout le corps. L'importance de l'éruption est très variable d'un individu à l'autre. Les autres symptômes peuvent inclure : difficulté à s’alimenter en raison des vésicules qui se forment parfois dans la bouche, fortes démangeaisons (prurit) et toux importante dans certains cas. Des symptômes similaires à ceux de la grippe peuvent s'y associer : céphalées, douleur abdominale et sensation générale de fatigue3 et parfois même une conjonctivite. En Afrique nous avons l’habitude de la varicelle et du zona et la maladie est vite identifiée sans aucun risque de confusion.

Traitement

--Comme beaucoup virales, la médecine moderne n’a pas grand-chose à proposer et il faut recourir aux remèdes africains .

--Calmer les démangeaisons par les produits simples ( poudrage avec l’argile verte ou le kalaba, etc)

--Boire une décoction de racine de Lannea acida.

--Enduire le corps couvert de boutons, avec des feuilles vertes pulvérisées de ximenia americana, trempées dans du lait de chèvre.

-- Lors de la phase éruptive, il est important d'éviter que l’enfant se gratte (couper les ongles au ras, voire utilisation de moufles chez le petit enfant), car cela peut provoquer des cicatrices cutanées inesthétiques définitives.

--Il est également important d'éviter le contact prolongé avec l'eau (l'eau favorisant la macération et donc le risque de surinfection) et  privilégier les douches aux bains. Eviter crème et pommade qui peuvent augmenter le risque de surinfection.

--Informer l'entourage du cas. Donner à boire en abondance.

--Éviter le contact avec des immunodéprimés, des femmes enceintes et adultes n’ayant pas été infectés lors de leur enfance, et des personnes âgées ayant au contraire été infectées par le passé (risque de zona).

Vaccination

Le vaccin n’a pas encore bien fait ses preuves. Certaines personnes bien vaccinées ont fait une crise de varicelle mais une crise légère. Ce qui permet d’affirmer qu’on ne risque rien à se faire vacciner et il vaut mieux prévenir que guérir. Que chaque père de famille pense à la protection de sa famille en faisant vacciner ses enfants qui n’ont pas encore fait de crise de varicelle.

 Bibliographie : Encyclopédie médicale de l 'Afrique Tome 1 et le site Wikipédia.

4 votes. Moyenne 4.25 sur 5.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau