Les oreillons.

Comprendre le mal

Beaucoup ignorent qu’il s’agit d’une maladie virale contagieuse qui peut avoir de graves conséquences ( stérilité, méningite, surdité, cécité, etc.) pour leur vie future et gèrent souvent cela avec certaine légèreté surtout en Afrique noire.  En effet Les oreillons sont une maladie aiguë, contagieuse, immunisante d'origine virale, due au virus ourlien  de la même famille que le virus de la rougeole ( un paramyxovirus appelé Myxovirus parotidis) . Le virus atteint les glandes salivaires, en particulier la parotide, et exceptionnellement chez l'adulte les glandes sexuelles, les méninges, les nerfs crâniens, le nerf optique le pancréas et d'autres organes. Mais cela reste une  maladie virale infantile sans grave conséquence pour l’enfant et aujourd'hui largement contrôlée par la vaccination. Elle reste répandue dans les pays en voie de développement. C’est  quand la maladie survient chez l’adulte que le risque de complication est très grand et il faut agir vite en aidant l’organisme par des moyens naturels à tenir bon ( repos, vitamine C, compléments alimentaires etc. ).Le nom ne s'emploie qu'au pluriel (les oreillons )..Avant la généralisation de la vaccination, les oreillons survenaient par épidémies sur un mode saisonnier, en général à la fin de l'hiver et au printemps en climat tempéré, avec une période de 4 à 5 ans, en particulier dans les institutions d'accueil collectif des jeunes enfants (crèche, interna, école). La maladie était très fréquente puisque près de 90 % des adolescents ont une sérologie ourlienne positive2.La vaccination a presque complètement supprimé les formes de l'enfance et a paradoxalement augmenté le nombre de cas chez l'adulte jeune, souvent ayant reçu une vaccination incomplète, mais parfois correctement vaccinés3.

 Transmission et  symptômes .

  Cette infection se transmet généralement suivant la voie respiratoire par les gouttelettes des expectorations et affecte les enfants de cinq à quinze ans. Le délai d'incubation est de dix-huit à vingt-deux jours. Sur un terrain favorable, le virus se multiplie dans les glandes salivaires et libère ses toxines par voie sanguine aux autres organes. La maladie se manifeste d'abord par des maux de tête et un état de faiblesse générale. Puis la fièvre monte et les glandes parotides enflent. La peau située devant les oreilles est tendue et luisante sans être rouge et les douleurs surviennent surtout lorsqu'on ouvre la bouche ou qu'on mastique. Une  joue est enflée et luisante. Lorsque l'inflammation diminue d'un côté, elle gagne le côté opposé. La maladie ne dure en général que huit à quinze jours et elle garantit l'immunité. Les adultes peuvent aussi être contaminés s'ils ne l'ont pas été durant leur jeunesse. Pendant la durée de la fièvre, le repos au lit est indispensable si l'on veut éviter des complications aussi redoutables que la méningite, l'inflammation des testicules (elle peut intervenir du 6e au ge jour et comporte un danger de stérilité à vie) et des oreilles, avec pour conséquence possible la surdité.

Traitement

Le traitement consiste en application de cataplasme de pâtes d’argile, de  boue de nid de guêpes suivi  des bains de bouche et des gargarismes  avec du jus de citron bien mûr. Comme le malade ne peut ni mâcher ni avaler, lui donner une nourriture liquide: jus de fruits et de légumes, bouillie, puis des fruits,  du lait et des complexes vitaminiques. Il est inutile de l'isoler, car la contagion commence avant l'apparition des symptômes et cesse peu après.

4 votes. Moyenne 4.25 sur 5.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau