Virus zika insecte asb

REMEDE BIO CONTRE LE VIRUS ZIKA

LE VIRUS ZIKA

DEFINITION:

C’EST QUOI EN REALITE LE VIRUS ZIKA ?

Le virus Zika est un virus qui a été découvert pour la première fois en Ouganda en 1947. Il est responsable de la maladie à virus Zika et se transmet par la piqûre d'un moustique infecté. Il s'apparente aux virus de la dengue, du Chikungunya ou de la fièvre jaune. Le moustique tigre se distingue par la présence d'une ligne blanche placée au centre du thorax et visible à l’œil nu.

Le virus Zika transmis par les moustiques est un flavivirus antigéniquement et structurellement similaire aux virus qui provoquent la dengue, la fièvre jaune et le virus du Nil occidental. L'infection par le virus Zika est typiquement asymptomatique, mais elle peut provoquer de la fièvre, des éruptions, des douleurs articulaires ou une conjonctivite ; l'infection par le virus Zika contractée au cours de la grossesse peut provoquer une microcéphalie (malformation congénitale grave), des anomalies oculaires et un certain nombre de troubles du développement appelés syndrome Zika congénital. Le diagnostic repose sur les techniques ELISA (enzyme-linked immunosorbent assay) ou la reverse transcriptase-PCR. Le traitement est un traitement de support. La prévention consiste à éviter les piqûres de moustiques, les rapports sexuels non protégés avec un partenaire à risque d'infection par le virus Zika et, chez les femmes enceintes, à éviter de voyager dans des régions actuellement où la transmission a lieu.

Cliquez sur REMEDE BIO pour découvrir notre remède naturel qui guérit le virus ZIKA

 

 

Aviez-vous des préoccupations ou questions pour nous ?

Appelez l'équipe des experts en conseils et orientations médicale sur +22997324449

Veuillez nous joindre par whatsapp en cliquant sur APPELER 

 

 

 

MODE DE TRANSMISSION

Au cours de la première semaine d'infection, le virus Zika est présent dans le sang. Les moustiques peuvent contracter le virus quand ils piquent des sujets infectés ; les moustiques peuvent ensuite transmettre le virus à d'autres sujets par les piqûres. Les voyageurs en provenance des zones où la transmission du virus Zika est persistante peuvent transporter le virus Zika dans leur sang quand ils rentrent chez eux et si les moustiques vecteurs sont présents localement, la transmission locale du virus Zika est possible. Cependant, comme le contact entre les moustiques Aedes et les humains est peu fréquent dans la majeure partie des régions continentales des États-Unis et à Hawaï (grâce à la lutte contre les moustiques et au fait que la population vit et travaille dans des environnements surveillés et climatisés), la transmission locale du virus Zika devrait être rare et limitée.

Bien que le virus Zika soit principalement transmis par les moustiques, d'autres modes de transmission sont possibles. Ils comprennent

La transmission sexuelle

La transmission par transfusion sanguine

La transmission par greffe d'organe ou de tissu (théoriquement)

La transmission intra-utérine de la mère au fœtus, qui entraîne une infection congénitale

Transmission d'une mère infectée à son bébé par le lait maternel

Le virus Zika est présent dans le sperme et peut être transmis par les hommes à leurs partenaires sexuels lors des rapports sexuels, par voie vaginale, par sexe anal et probablement sexe oral (fellation) même lorsque les hommes ne présentent pas de symptômes. Le virus Zika persiste beaucoup plus longtemps dans le sperme que dans le sang, les sécrétions vaginales et autres sécrétions corporelles.

La transmission via une piqûre de moustique est le mode de contamination le plus répandu. La transmission du virus par voie sexuelle est de plus désormais prouvée. "On sait que le virus peut se retrouver dans le sperme et être un vecteur potentiel d'infection, précise Marie-Claire Paty, coordinatrice de la surveillance des maladies vectorielles à l'Institut national de Veille Sanitaire (InVS). De plus, on a aussi la preuve d'une possibilité de transmission au sein de couples, de l'homme vers la femme, lorsque le partenaire masculin a voyagé au préalable dans une zone où circulait le virus."  En effet, on a la preuve que le virus peut se retrouver dans le sperme et être un vecteur d'infection. Des cas de transmission au sein de couples, de l'homme vers la femme, lorsque le partenaire masculin a voyagé au préalable dans une zone où circulait le virus, ont été observés. Donc aujourd'hui, on considère que la transmission sexuelle existe, sans aucun doute. Reste à déterminer la part des contaminations sexuelles par rapport au mode de contamination classique.

Se pose donc la question de mesures de précaution. "La recommandation pour un couple dont le partenaire homme aurait séjourné dans une région à risque, c'est d'avoir des rapports protégés pendant toute la durée de la grossesse."  Quant aux couples pour lesquels il n'y a pas de grossesse, toute personne provenant d'un pays touché par le virus Zika doit se protéger lors des rapports sexuels durant les six mois qui suivent son retour dans le pays, qu'elle présente ou non les symptômes du virus (recommandations OMS, juillet 2018).

 

 

Aviez-vous des préoccupations ou questions pour nous ?

Appelez l'équipe des experts en conseils et orientations médicale sur +22997324449

Veuillez nous joindre par whatsapp en cliquant sur APPELER 

 

 

Contamination par le sang 

"Ce mode de transmission n'est pas prouvé, mais il est possible car le virus a été retrouvé dans le sang, explique l'épidémiologiste. Il pourrait rester dans le sang 5 à 7 jours, voire moins". Pour l'heure, la maladie ne donnant que rarement des symptômes (dans 80% elle est asymptomatique), les autorités de santé recommandent aux personnes ayant voyagé dans une région endémique de reporter leur don de sang à plus tard, soit au moins 1 mois. En dehors des contaminations sexuelles et sanguines, y-a-t-il d'autres modes de transmission connus ? "On étudie la transmission du virus via le lait maternel mais pour le moment il n'y a pas de preuve, ni de recommandation. On sait aussi que l'on trouve du matériel génétique du virus dans la salive, mais cela ne veut pas dire qu'il puisse être transmis par ce biais."

 

 

La période d'incubation

Le temps d'incubation, c'est-à-dire la période entre l'exposition avec le virus et l'apparition des premiers symptômes, est de 3 à 12 jours. Pendant cette période, il faut donc éviter qu'une personne infectée se fasse piquer et qu'elle transmette ainsi le virus à d'autres moustiques afin de rompre le cycle de transmission virale.

SYMPTOMES :

COMMENT SAVOIR SI ON EST INFECTE PAR LE VIRUS ZIKA ?

Les symptômes sont le plus souvent bénins et de type grippal, parmi ceux-ci nous pouvons citer:

Maux de tête,

Courbature,

Fatigue

Éruptions cutanées.

Le Zika peut également se manifester par une conjonctivite ou par une douleur derrière les yeux, ainsi que par un œdème des mains et/ou des pieds. La fièvre apparaît peu élevée et transitoire. "Il est difficile, sur ces seuls symptômes, de faire un diagnostic, notamment lorsque coexistent dans la même zone géographique d'autres arboviroses telles que la dengue ou le chikungunya", souligne l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (Inpes). Surtout que dans la plupart des cas, 70 à 80% des cas, ce virus ne donne lieu à aucun symptôme, ce qui complique sa détection et donc son endiguement.

 En revanche, s’il infecte une femme enceinte, ce virus peut causer de graves anomalies du développement cérébral chez le fœtus.

Une récente étude publiée par des chercheurs chinois et américains a identifié quatre molécules naturelles aux propriétés anti-Zika. L’une d’entre elles est déjà bien connue, il s’agit de la curcumine, le pigment principal du curcuma. Les trois autres sont moins connues : présentant un certain niveau de toxicité pour l’humain, elles semblent toutefois montrer de véritables promesses pour lutter contre le virus Zika et être exploitées dans la formulation de nouveaux médicaments.

 

Celle qui présenterait le niveau d’efficacité le plus élevé est le gossypol, un pigment jaune que l’on trouve dans les cotonniers. Combiné au bortezomib, un médicament efficace contre les flavivirus, le gossypol a eu une action d’inhibition du virus Zika significative. D’après ces travaux de recherche, le gossypol pourrait également s’avérer utile dans le traitement de la dengue. Les autres molécules sont la digitonine, trouvée dans la digitale pourpre, et la conessine, un composé issu de l’holarrhène (Holarrhena floribunda), un arbuste poussant au Sénégal, au Cameroun et en République démocratique du Congo. Ces deux molécules agiraient directement sur les cellules hôtes du virus ainsi que sur les étapes de reproduction du virus.

 

Virus zika fièvre jaune

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire